Je ne sais pas si vous êtes comme moi, mais il y a des fringues auxquels on tient particulièrement, même si ce ne sont pas les plus à la mode. C'est ce qui se passe avec ce gilet.   Allez savoir pourquoi, mais je l'adore, je me sens bien dedans.  Il est doux et chaud en plus.

D'accord, il est pas terrible, basique de chez basique, mais m'en fous, je l'aime un point c'est tout.   Le problème, il est un peu trop basique et terne.  Déjà que le brun n'est pas une de mes couleurs favorites, mais je l'ai reçu, donc pas choisi la teinte.   

Cet après-midi, en le regardant, juste avant de le ranger, suis pas une fêtichiste des gilets rassurez-vous, je me disais qu'une petite customisation serait peut-être la bienvenue et lui redonnerait une nouvelle vie et surtout un peu de gaité.

Me voici donc partie à la recherche d'une idée, fut pas longue à venir.  J'étais en train de réfléchir à ce que je devais prendre pour samedi et paf, ça m'est tombé dessus, comme ça, sans crier gare, sans faire mal, juste une illumination.   

Bein oui, je regardais un biais, c'est tout con.  Un chouette pied, style pied-de-poule noir et blanc et tout de suite je l'ai vu sur le gilet.

Un petit peu de mise en place, la machine s'installe pas encore toute seule, malheureusement et en route pour un petit moment custo.

Rapide, 15 minutes chrono.  Juste épingler le biais, le piquer de chaque côté et le tour était joué.

Mais, il y a toujours un mais quand tout va trop bien.  En cousant le biais, je me suis rendue compte qu'il n'y avait plus que 5 boutons au lieu de 6.   Je ne ferme pas les gilets, vois pas pourquoi les fermer, je mets un pull alors, donc pas réalisé qu'un des boutons s'était fait la malle.   Donc bien obligé de changer les boutons.  

Quand je vous disais que c'était rapide, j'avais pas pensé aux boutons.  Je vous l'ai dit, 15 minutes pour le biais.     2 heures pour les boutons.   Allez savoir pourquoi, mais dans tous les boutons de récup que j'ai, pas une seule fois je n'en ai trouvé 6 les mêmes, 5 oui, mais pas 6.  Fouillé les coloris blancs, bruns, gris, noirs, orange, jaune.   Mais rien, nada, que dalle.   Que celui qui m'a jeté un sort se dénonce tout de suite....

Une seule solution, Véritas.   Petit coup d'oeil par la fenêtre.   Oh joie, oh plaisir, oh saleté!!!   Il pleut, que dis-je il pleut, il drache comme on dit en Belgique.    Où se trouve ma combinaison de plongée?   Les palmes?   Risques de pneumonie, de grippe, de rhume, de microbes, de frisotage, me suis lavée les cheveux.   Veux pas sortir.  Veux rester dans mon trou, Mymy est comme la souris, elle veut pas sortir.    

Restait donc une solution, les boutons roses, oui, les seuls que je n'avais pas regardé.  Normal, je voulais du blanc pour assortir au biais.  Du blanc, mais tu fouilles dans d'autres couleurs?   T'es pas normale dis donc. 

Et là, miracle, 6 boutons.    Et encore mieux, un rose très pâle, presque blanc.  A croire que mes prières ont été entendues, mais il pleut toujours, donc pas toutes.  

Conclusion : si j'avais commencé par ma couleur préférée, en 30 minutes, c'était fait.    

Petit conseil ; si vous changez les boutons, commencez par ça, ce sera moins énervant.

En attendant voici le fameux gilet.

En regardant la première photo, vous pourrez admirer le flou artistique donnant une impression de vie à ce gilet.  Non, non, c'est pas une photo râtée, c'est artistique.

001004