Un petit texte venu en pensant à toutes les personnes qui vont fêter Noël seules chez elles.   Je sais, c'est seulement dans un peu plus d'un mois, mais j'ai remarqué hier, que certains avaient déjà commencé à mettre les décorations devant chez eux ou dans les magasins.

 

Solitude

Assise sur une chaise, elle regardait fixement le sapin qu'elle venait de terminer. Cette année elle l'avait voulu coloré et original.  Envie de mettre une touche de fantaisie dans sa vie monotone.  Une multitude de couleurs et de formes. La seule touche traditionnelle était l'ange doré qu'elle venait de mettre tout en haut de l'arbre.

 La crèche était elle aussi terminée. Le joli village s'étendait sur le plancher. On voyait les santons discuter les uns avec les autres. Que pouvaient-ils se dire après une année dans l'obscurité d'une caisse ? Les rois mages, un peu à la traîne, cherchaient l'étoile qui devait les guider. L'ancêtre du gps, mais ils sont arrivés à bon port, pas comme avec certains.

 Le petit Jésus était caché derrière l'étable, normal il n'était pas encore né.  Encore 8 longues heures à attendre et il serait là.

 Les dernières décorations ornaient la maison, la couronne attendait sagement sur la porte qu'un visiteur égaré veuille bien se présenter, pour lui souhaiter la bienvenue.

 Cette année, pas de cadeaux au pied du sapin. Elle n'attendait personne, à quoi bon en faire, il serait toujours temps d'en acheter quand le moment serait venu.   Chaque année elle espérait, elle attendait, mais en vain.

 Quel con celui qui a dit que l'espoir fait vivre se dit-elle. L'espoir fait mal, fait pleurer, fait mourir à petit feu.

 Elle regarda à nouveau la crèche, remarqua une chose et pensa : «ils ont l'air con à regarder béatement une mangeoire vide ». Une vague de tristesse l'envahit. Elle tourna sur elle-même, jeta un dernier coup d'oeil au décor si patiemment dressé, regarda les boîtes de rangements restées sur la table et tout doucement, prenant son temps, commença à retirer une à une les décorations, les rangea dans leurs nids respectifs et cacha les boîtes dans le grenier.

 Elle regarda par la fenêtre, vit les gens passer rapidement, pressés de rentrer chez eux pour les derniers préparatifs. Elle ouvrit la porte, déposa le sapin sur le seuil avec un petit mot « A donner » et rentra tranquillement dans la maison.

 Elle prépara le repas, un menu ordinaire pour un dîner ordinaire.

S'installa dans le fauteuil, mit de la musique et tricota un peu, une soirée ordinaire.

Sa toilette faite, elle se coucha et s'endormit tranquillement comme tous les soirs, une nuit ordinaire.

 Plus de Noël, plus de fêtes, les jours se suivaient semblables à tous les autres. Elle sourit légèrement, se mit à chantonner et poursuivit sa petite vie ordinaire. Elle n'attendait rien. Elle vivait, tout simplement.

 Chantonnant un peu plus fort, elle réalisa que dans sa tristesse, sa solitude, elle était malgré tout heureuse et cela était pour elle, le plus beau des cadeaux de Noël.